Navigation Menu+

Apprendre à programmer en Brainfuck

Le brainfuck, ou tout simplement « masturbation intellectuelle ». Derrière ce terme anglais, pour le moins déroutant, se cache en fait un langage de programmation, appelé aussi langage Turning-complet (permet d’écrire n’importe quel programme), plus que minimaliste. En effet, le brainfuck, créer par Urban Müller en 1993est un langage de programmation dont le fonctionnement est relativement simple. Celui-ci ne comprend que :un tableau de 30 000 cellules (chacun ayant une capacité maximale pouvant aller jusqu’à un octet), huit commandes en tout et un pointeur pour le déplacement.

Le BrainFuck, un langage très minimaliste

langage.jpg

Le brainfuck est l’un des langages de programmation les plus faciles à apprendre. Contrairement aux autres langages de programmation, notamment le langage C et plus, le brainfuck ne nécessite aucun prérequis. Toute personne ayant un minimum de connaissances en informatique (sachant se servir d’un clavier et manipuler des fenêtres) peut facilement maîtriser le brainfuck. Bien évidemment, des connaissances en programmation permettraient d’avancer plus vite dans l’apprentissage et la maîtrise de ce langage. Par ailleurs, le langage brainfuck fait totalement abstraction des fonctions, des noms de variables et autres paramètres qui sont généralement difficiles à comprendre pour les débutants et pour ceux qui seraient plus pressés.

Plus qu’un langage, le BrainFuck est un jeu

brainfuck.jpg

Le brainfuck est connu pour être un langage de programmation très minimaliste. A ce titre, son apprentissage s’apparente bien plus à un jeu plutôt qu’à un cours de programmation classique, qui est quelque peu barbant pour le débutant.Ainsi, le brainfuck est davantage un outil permettant de faire ses premiers pas dans la programmation tout en s’amusant. Comment ? Tout d’abord, par la présentation générale de l’environnement de brainfuck. Celle-ci a été plus que simplifiant et ne présente qu’une bande et un pointeur. La bande sera divisée en plusieurs cases à l’intérieur desquelles seront inscrites des valeurs. Grâce aux huit commandes du programme, l’utilisateur peut se déplacer de valeur en valeur ou encore augmenter/soustraire de 1 une valeur.